Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 09:55

Depuis sa prise de commandement à la tête du Département du Moungo, le Préfet Thomas Hona a été confronté à des défis pluriels qu’il a su relevés avec maestria.

Ces victoires acquises par Thomas Hona au profit du Département du Moungo ont eu pour effet d’établir cet Administrateur Civil Principal Hors échelle dans les cœurs de tous les enfants du Moungo. De 2012 à 2016, Thomas Hona a marqué le Moungo par des actions visibles et palpables. La bonne organisation des premières élections sénatoriales en 2013, la tenue harmonieuse du double scrutin législatif et municipal de 2013, la bonne conduite du séjour de tous les Evêques du Cameroun dans le Moungo en 2015, l’heureuse organisation du congrès national des femmes de l’UFC de l’Eglise Evangélique du Cameroun dans le Moungo en 2015, l’obtention de la 56ème coupe du Cameroun par l’UMS de Loum,, l’accession en Elite Two de stade Renard de Mélong, la gestion apaisée de nombreux conflits, les démarches de réconciliation et de rapprochement de nombreux fils du Moungo qui jusque- là se regardaient en chien de faïence, sont là un échantillon non exhaustif des victoires glanées par Thomas Hona pour le Moungo et dont la cerise sur le gâteau aura été le retour du Moungo au Gouvernement à travers Lejeune Mbella Mbella qui y occupe désormais le ministère de souveraineté des relations extérieures.

Et pour 2016 qui vient de s’ouvrir, Thomas Hona offre au Moungo une préfecture digne de ce nom. Ce bâtiment construit en 1958 a pris de l’âge et cela se ressentait sur son allure globale. Fuites d’eau de pluie, ruissellement sur les murs, plafonds défoncés, fenêtres sans battants ni baies vitrées, bref physionomie lugubre, sont les traits descriptifs qui caractérisaient la préfecture de Nkongsamba jusque -là. Un visage qui contrastait avec la taille de ce département du Moungo. Il a fallu l’arrivée de Thomas Hona pour voir cet édifice faire sa toilette. Et ce, de la plus belle manière. Un nouveau toit majestueux, des murs rafraichis et remis au goût du jour, des sols carrelés, des installations sanitaires rénovées, bref, une préfecture épousant l’air du temps moderne. Et cela, il faut l’attribuer à l’actuel maitre des lieux, le préfet Thomas Hona qui a su veiller à ce que les ressources allouées soient judicieusement utilisées. Un exemple éloquent qui permet de se demander pourquoi ceux qui sont passés avant lui n’ont pas fait autant sachant que les pouvoirs publics allouent toujours des ressources pour l’entretien et la maintenance des infrastructures de souveraineté.

Heureusement, il a fallu tu temps, cinquante- quatre ans précisément, pour qu’arrive Thomas Hona, dont le passage à la tête du département du Moungo est marqué d’une trace dorée indélébile que même son départ tant souhaité par certains esprits rétrogrades n’estompera pas.

Aussi vrai que le bon vin sort toujours d’outres anciennes, Thomas Hona mérite que l’Etat reconnaisse sa forte contribution à son service mais qu’il soit récompensé pour cette exemplarité avérée et établie.

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 09:53

Décidément, Armel François est un véritable Homme de parole. Il vient de tenir une promesse qu’il avait faite aux populations de l’arrondissement de Loum relativement aux travaux de réhabilitation du stade municipal.

En effet, le Directeur Général de la PHP, répondant aux sollicitations des populations de Loum représentées par l’APDIAL et l’ANAREL, avait octroyé près de trente millions de francs CFA pour la réhabilitation de l’aire de jeu du stade municipal de Loum. Après l’exécution de cette phase, et faisant suite aux sollicitations de l’APDIAL et à d’autres instances venues elles aussi en plaidoyers, le Directeur Général Armel François, s’est une fois de plus montré sensible aux appels de la jeunesse loumoise qui était en peine car ne disposant d’aucun espace pour la pratique du sport. Pour apporter une réponse à cette demande, le top management de la PHP vient d’ordonner le déblocage des financements pour la poursuite des travaux de réhabilitation du stade municipal de Loum. La première tranche de ce financement de l’ordre de vingt millions de francs CFA a déjà été versée à l’entrepreneur qui est déjà à pied d’œuvre au stade municipal Loum. Cette phase consiste à réhabiliter les vestiaires, les toilettes et la grille de protection de l’aire de jeu. Selon Monsieur Mandeng, Directeur des relations Extérieures de la PHP, il y aura d’autres décaissements afin de doter le stade municipal de Loum des commodités essentielles A terme, ce seront près de cinquante millions de francs CFA qui seront investis par la PHP sur ce stade municipal de Loum. Selon le DREX Mandeng, « cette décision du Directeur Général de la PHP participe de la volonté de celui-ci d’offrir aux jeunes de Loum un espace pour la pratique du sport et singulièrement du football… ». La PHP poursuit ainsi la mise en œuvre de sa politique d’actions sociales en faveur de populations riveraines de ses installations. La réhabilitation de ce stade municipal de Loum aura pour impact immédiat, le retour de l’Ouragan Football Club de Loum et de l’UMS, vainqueur de la dernière coupe du Cameroun, « exilés » depuis deux saisons, sur leurs installations. Et dans une localité comme Loum où l’amour du sport en général et du football en particulier est proche de la religion, Armel François vient alors d’offrir le plus beau cadeau du nouvel à cette jeunesse qui va être reconnaissante à la PHP.

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 09:50

Pour ce mois de Janvier 2016, le premier invité qui inaugure cette nouvelle année est un acteur politique Loumois. C’est un entrepreneur économique aux initiatives sociales très pertinentes. Il vient d’être élu Président de la Section RDPC du Moungo Centre 1. Aux lendemains de ces opérations de renouvellement des organes de Base du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC).Il a accepté de se confier à Le Vigile Républicain. Il évoque les circonstances de son élection, jette un regard sur l’ensemble du processus à Loum, annonce des perspectives après cette élection et lance un appel à tous les militants de sa section.

Merci président de nous accorder cet entretien et bonne année.

C’est moi qui suis honoré d’être votre premier invité de l’année. Je vous en remercie et vous remercie pour vos vœux.

Comment se porte le commandeur Charlie Hermann Njomo ?

Je vais assez bien pour le moment et par la grâce de Dieu. Comme vous le savez, je relève d’une période de difficulté sanitaire. Heureusement que la Grâce de Dieu m’accompagne et m’a permis de me remettre. Je saisis d’ailleurs l’avantage de votre médium pour lui rendre grâce. Je remercie aussi tous les membres de ma famille pour tout leur encadrement. Ma gratitude va aussi à l’endroit de tous les Loumois d’ici et d’ailleurs qui m’ont accompagné de leurs prières et de leurs nombreux messages de soutien.

Vous vous relevez avec une nouvelle charge, celle de président de section RDPC : Comment appréciez-vous ce statut ?

Certes c’est un honneur mais Je considère cette élection comme une lourde responsabilité que je dois assumer honorablement pour mériter la confiance placée en moi par mes camarades…Je voudrais d’ailleurs ici leur dire merci pour cette marque de confiance placée en ma modeste personne…

Vous attendiez-vous à être élu à ce poste?

Evidemment si l’on considère les circonstances de ce scrutin. Il faut vous rappeler que le consensus s’est fait autour de la liste que je conduisais ce qui eut pour effet qu’on n’ait qu’une seule liste en lice, la mienne. Donc, l’issue était prévisible…

Il se raconte à Loum que des candidats ont été « injustement écartés » ce qui semble causer des déceptions. Votre avis ?

Je tiens à rappeler que le bureau de la section comporte seulement seize postes à pourvoir. Dans ce contexte, il est évident qu’au terme d’une élection, que des personnes qui souhaitaient jouer des rôles et qui ne sont pas élues se sentent déçus. Mais la grandeur du militant réside dans sa capacité à transcender sa déception dans l’intérêt du parti et à considérer que son camarade qui a été choisi est autant méritant que lui. D’autre part, lorsqu’on s’engage pour le consensus, cela suppose qu’on doit faire des sacrifices de part et d’autre. Moi-même j’ai des camarades que j’aurai souhaité avoir dans ma liste mais j’ai dû, avec leur aval, les enlever de ma liste. C’est cela le jeu politique…

Vous confirmez qu’il n’y a pas eu de « tripatouillages et de falsifications » comme l’ont laissé entendre certains ?

Il n’y a eu aucune manœuvre illégale. D’ailleurs, le suivi des opérations était assuré de façon rigoureuse par la commission électorale de section conduite par le camarade Nkoue Nkongo et le dépôt des listes à la commission départementale de coordination faisait suite à des auditions très musclées. Donc, il n’aurait pas été possible de faire ces pratiques que certains veulent laisser croire.

Qu’avez-vous à dire à vos militants qui se sentent déçus au sortir de ce scrutin ?

Je voudrais les rassurer de ce que le parti compte sur eux pour les prochains challenges. Ils doivent comprendre que certains sont désignés pour animer le parti au niveau de son exécutif et d’autres sont désignés pour représenter le parti lors es échéances électorales diverses. Cette fois-ci, certains ont été désignés, la prochaine fois, pourrait être leur tour. Je voudrais aussi leur passer un message de rassemblement et de mobilisation car nos adversaires politiques ne sont pas au sein du RDPC mais en face. Nous nous devons de faire bloc, d’oublier ces renouvellements et de regarder l’avenir en préparant dès à présent les futures élections municipales, législatives, sénatoriales, etc.

A quand la fête monsieur le Président ?

Comme vous le savez, le RDPC est un parti bien organisé. Le président National, son excellence Paul Biya avait ordonné ces renouvellements dont la supervision générale était confiée à Monsieur le Secrétaire Général du comité Central, le Ministre Jean Nkuete. Les élections ont eu lieu pratiquement partout déjà et les rapports sont déposés. Nous attendons la proclamation finale pour organiser l’installation solennelle. Je suis convaincu qu’il s’agit d’une question de quelques semaines encore. Que les uns et les autres prennent patience.

Votre mot de fin ?

Je voudrais saisir une fois de plus l’opportunité que vous m’offrez pour appeler tous les militants et militantes de la section RDPC Moungo Centre 1 à l’unité et à la cohésion car notre parti est un parti de rassemblement et je souhaite nous soyons forts… Puisque c’est le début de l’année 2016, je voudrais présenter mes vœux les meilleurs à mon épouse et à mes enfants, à mes frères et sœurs, à monsieur Thomas Hona, le Préfet du Moungo et à son épouse, à monsieur le Sous-préfet de l’arrondissement de Loum et à toutes les autres autorités de la ville de Loum. Mes vœux vont aussi à tous les militants du RDPC de Loum, à tous les Loumois…Que 2016 soit fertile en santé, en succès et en bonheur pour tout le monde…

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 09:48

Le nom « Célestine Courtès Ketcha », fait désormais partie du patrimoine camerounais et pour cause, c’est celui du maire de la commune de Bangangté dans le département du NDE dans la Région de l’Ouest camerounais dont la renommée a traversé les frontières du Cameroun depuis plusieurs années à force de travail et d’investissements tous azimuts.

Pendant que d’autres acteurs de la société camerounaise se font distinguer par leurs travers managériaux faits de malgouvernance, de corruption et de détournements de deniers publics, madame le maire Célestine Courtès Ketcha, a su entrer dans les cœurs non seulement des populations de sa commune mais aussi dans ceux de l’ensemble du Cameroun. Le maire ketcha Courtès a su imprimer sa marque de manager communal aguerrie. Et pourtant, à ses débuts, très peu vendaient sa peau chère. De nombreux pessimistes prédisant qu’elle n’irait pas loin. Mais c’était sans compter avec cette amoureuse de sa terre qui a décidé de quitter la diaspora où elle pouvait se la couler douce pour venir servir son pays. Célestine Ketcha Courtès, récupérant une mairie de Bangangté ordinaire, quelconque parmi d’autres mairies, a sur établir sa collectivité au top des communes exemplaires. Capitalisant son potentiel intrinsèque, à savoir son intelligence, son génie et surtout sa force de travail, et aussi son carnet d’adresses, le maire Ketcha Courtès va redonner à Bangangté, ses lettres de noblesse. La commune est propre, belle, organisée mais surtout leader incontestée des communes de la Région de l’Ouest voire du Cameroun avec des reconnaissances tant du Cameroun avec entre autres, le Prix FEICOM que d’organisations internationales. La maire Célestine Courtès Ketcha, inoxydable, toujours proactive, ne dort pratiquement pas, réfléchissant et concevant toujours des idées novatrices pour améliorer le quotidien de ses populations. Après avoir donné une assise locale à sa vision et après l’avoir fait accepté par la majorité de ses concitoyens qui y ont adhéré, La Maire de Bangangté a attaqué la coopération décentralisée. Assurant la promotion de sa commune, madame le Maire a fait de sa commune une partenaire privilégiée avec laquelle d’autres communes d’ici et d’ailleurs veulent nouer des liens de coopération. Une offensive diplomatique du maire Courtès Ketcha qui profite au Cameroun. Après avoir assumé avec maestria un premier mandat de présidente du réseau africain des femmes maires d’Afrique, madame le maire Célestine Courtès Ketcha, du fait de son bilan élogieux et pertinent, vient d’être élue à la tête de ce réseau des femmes élues locales d’Afrique (REFELA). C’était au cours du récent sommet des Africitées tenues à Durban en Afrique du Sud. Une victoire de plus pour Célestine Courtès Ketcha qui au-delà de sa modeste personne, est celle du Cameroun. Les félicitations reçues par elle du Ministre René Emmanuel Sadi de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation en disent long. Le charisme de Courtès Ketcha qui fait des effets en dehors du Cameroun trouve ses fondements chez elle dans le NDE. Avant d’aller à Durban, le maire Courtès Ketcha venait d’être élue Présidente de la section OFRDP de Bangangté NDE Nord. Une victoire obtenue de haute lutte face à des détracteurs qui voulaient l’écarter de la course. Le motif de tant d’adversité contre la maire la plus prolixe de l’histoire de la commune de Bangangté est simplement la jalousie. Alors qu’on n’espérait pas d’elle qu’elle fasse long feu, Célestine Courtès Ketcha a déjoué tous les pronostics, faisant mentir tous les oiseaux de mauvais augure. Des résultats qui l’ont installée dans les cœurs de ses populations qui ne jurent que par elle. Une aura qui fait ombrage à certaines élites, qui redoutent de voir Courtés Ketcha Célestine devenir ministre au Cameroun et qui font feu de tout bois pour la déstabiliser. Des autorités administratives sont mises à contribution pour la sale besogne. Sauf que le destin de Célestine Courtès Ketcha est tracé par Dieu en lequel elle croit beaucoup et au service duquel elle se met quotidiennement. Dès lors l’on comprend pourquoi toutes les manœuvres déloyales entreprises contre elle, sont vouées à l’échec.

De la femme modèle au maire exemplaire, Célestine Courtès Ketcha passe pour avoir un avenir encore radieux et fertile, ce qui amène certains observateurs à dire que « c’est une véritable ambassadrice du Cameroun qui est en train de naître… ». Une ambassadrice dont la personnalité et le charisme sont en train d’en faire la remplaçante légitime de feu madame Foning Françoise.

Bon vent madame la présidente continentale !

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 09:45

Après avoir échoué au pied du podium en 2014 et au terme d’une saison tout feu tout flamme qui l’a portée aux quarts de finales de la coupe du Cameroun, Stade Renard de Mélong vient d’obtenir son ticket pour l’Elite Two.

C’était au terme d’un championnat Régional de deuxième division Régionale tenu sur deux mois intenses. Confirmant tout le bien que l’on pensait d’eux, les poulains du coach Ngue ont obtenu leur ticket pour les barrages avant de remporter haut la main, la finales régionales qualificatives pour les inter-poules. Survolant ce tournoi, Mathurin Kameni et ses coéquipiers ont balayé tour à tour Olympique de Ngaoundéré à Bertoua et Koza de Maroua à Ngaoundéré, accédant ainsi en Elite Two, la division du championnat professionnel du Cameroun.

Ces héros ont été chaleureusement accueillis par la Région du Littoral à travers Dieudonné Ivaha Diboua, Le Gouverneur et tout son Etat-major, par le Moungo à travers le Préfet Thomas Hona et son Etat-major puis par les populations de Mélong. Tout au long du trajet qui les aura conduits dans leur département d’origine, les champions de Stade Renard de Mélong avec en tête leur Président le Maire Kuete Jean, ont fait la politesse aux localités que traversait le convoi. La ville très voisine de Kékem dans le Département du Haut-Nkam ‘où est issu le jouer Tchawa a été honorée. Entre mots de félicitations, messages de soutien et dons tant en nature qu’en espèces, rien n’a été ménagé pour témoigner la satisfaction et la gratitude à ces plénipotentiaires du Moungo en Elite Two en 2016.

Véritable moment de communion qui a amené le capitaine et ancien lion indomptable Mathurin Kameni à promettre que ‘Stade Renard de Mélong va en Elite Two pour chercher son ticket pour l’Elite One’. Une promesse qui peut être relevée au vu du potentiel et de la volonté qui caractérisent ces jeunes footballeurs du Stade Renard de Mélong. Surtout avec les moyens mis à disposition par le staff dirigeant dont le maire Kuete Jean.

A côté dons de l’UMS de Loum en Elite One, Stade Renard de Mélong vient améliorer l’offre en loisirs footballistique des amoureux de ce sport dans le Moungo.

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 09:43

C’est le 18 Décembre 2015 que s’est tenu le conseil municipal de la commune de Penja consacré à l’examen et au vote du budget 2016 sur convocation du maire Jean Pierre Kahack, président dudit conseil municipal.

Au cours de ces travaux supervisés par le Préfet du Moungo, représenté par le sous-préfet Nouhou Bello, les conseillers municipaux ont analysé le projet de budget à eux soumis et l’ont voté à l’unanimité au montant de 766 351 350 FCFA. Un budget qui connait une hausse notable et qui s’oriente vers des investissements sensibles et pertinents envisagés par le maire Kahack Jean Pierre. En effet, en dehors des ressources transférées par les ministères et dont la mise en exécution sont plus ou moins évidentes, le Maire Kahack Jean Pierre entend investir plus de 141 000 000FCFA dans des actions de développement directement profitables aux populations de sa commune. En 2016, le premier Magistrat municipal de Penja projette de doter l’école publique Groupe de Njombé d’une adduction d’eau potable, construire la deuxième phase de la salle multimédia à Njombé, organiser deux ateliers de renforcement des capacités des jeunes dans le montage des projets d’activités génératrices de revenus, poursuivre la construction d’un stade omnisport à Njombé, construire deux salles de classe à l’école publique en création du quartier Shell de Penja, de deux salles de classe à l’école publique de Molinkam à Njombé, d’aménager deux points d’eau à Penja et Njombé, construire une clôture à l’école publique anglophone de Njombé, réfectionner le hangar du marché de Njombé, aménager les pénétrantes principales de Penja et Njombé, etc. Une série d’activités minutieusement identifiées dont la mise en œuvre viendra impacter positivement sur le vécu des populations de Njombé – Penja.

C’est donc une année 2016 encore plus ambitieuse et plus prolixe qu’envisage le maire Kahack pour ses populations. Et avec les efforts fournis depuis deux ans par le maire et son équipe, nul doute que ce plan d’investissement annuel 2016 sera exécuté avec bonheur.

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 09:41

La session du conseil municipal consacrée au vote du budget e la commune de Loum s’est tenue le 8 Décembre 2015. Les travaux étaient présidés bon an mal an par Kuate Wambo Guy Mesmin en présence de Thomas Hona, préfet du Moungo.

Ce budget d’u montant de 578 803 000fCFA en recettes et en dépenses a été voté au terme d’un débat houleux à la limite heurté qui a laissé percevoir qu’il y avait un malaise entre le maire Kuate Wambo Guy Mesmin et ses conseillers. Le Ping pong oratoire auxquels ces conseillers et le maire se sont livré était d’une éloquence évidente. Il aura fallu l’intervention du préfet Thomas Hona pour empêcher que l’on ne débouche sur un report de la session. Au cœur du débat, le montant alloué au carburant. Le montant de 20 000 000 FCFA prévu par le Maire Kuate Wambo ayant été revu à la baisse, le maire a usé d’un fort renfort d’arguments sans parvenir à faire fléchir ses conseillers municipaux qui vraisemblablement ne sont plus sur la même longueur d’onde que lui. Ceux-ci estimant, avec le préfet et la majorité des populations qu’un accent doit être mis sur les travaux de finition du stade municipal de Loum afin d’y faire jouer UMS de Loum, le maire Kuate Wambo semblait avoir ses priorités ailleurs. Mais il fera face à des conseillers municipaux déterminés à le mettre au pas, ce qu’ils auront réussi si l’on en juge par les travaux en cours au stade municipal de Loum bien ce soit avec le concours substantiel de la PHP. Au-delà des actons envisagées telles que le reproflage de routes des plantations, l’on a perçu qu’il y avait une crise entre le maire Kuate Wambo et ses conseillers municipaux. De son absence aux travaux en commissions à son obstination à ne pas suivre le cap sensé indiqué par les conseillers municipaux en passant par l’attitude curieuse de certains conseillers municipaux autrefois très copains avec le maire et qui non seulement ont été très vindicatif vis-à-vis de lui mais n’ont voté aucune des délibération, l’observateur a pu se rendre compte de ce que la cohésion semblait voler en éclat. L’un des conseillers très énervé au terme des travaux déclare, « lorsque Guy Wambo n’était qu’un simple conseiller, il reprochait à l’ancien maire d’utiliser beaucoup de carburant or on avait quand même quelques véhicules et engins en activité. Mais Guy Wambo fait pire que l’ancien maire car il dépense beaucoup en carburant alors que nous n’avons pratiquement aucun véhicule à la mairie… ». Un propos désabusé qui traduit l’état d’esprit de nombreux conseillers municipaux de Loum. Et de là à voir le budget 2016 être plombé dans son exécution par ces guerres d’intérêt, l’on ne perd rien à attendre. Time will tell !

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 09:40

Après la perturbation orchestrée par la bande des trois conseillers municipaux démissionnaires dont Yvonne Eyidi, Antoine Djomatchoua et Madeleine Fonte et qui avaient entrainé le report de la tenue de la session du conseil municipal consacrée au vote du budget, Les conseillers municipaux d la commune d’Arrondissement de Nkongsamba 3ème (CAN3) se sont retrouvés le 19 décembre 2015 pour analyser le budget 2016 sur convocation du maire Dr Elise Henriette Essame.

Les travaux étaient alors supervisés par Mohamadou Bachirou, Sous- Préfet de Nkongsamba 3ème , représentant de monsieur le Préfet du Moungo empêché, se sont tenus dans une ambiance de sérénité et de convivialité digne de grands hommes et de grandes femmes ayant conscience de ce que les populations attendent d’eux de grandes actions de développement. Au terme d’échanges bien nourris et forts constructifs, le budget de la CAN3 a été voté au montant en recettes et en dépenses de 399 039 027 FCFA. Avec lui, treize autres délibérations ont donné le quitus au Maire Dr Elise Henriette Essame pour poursuivre les grandes actions entamées en faveur des populations. Il s’agira pour la première magistrate municipale de la CAN3 de capitaliser les victoires qu’elle a obtenues en 2015 pour booster davantage le développement de sa commune. Elle va finaliser la construction des logements communaux en phase terminale et dont la première phase a été réceptionnée ; Elle va aussi assurer la finalisation du chantier de construction de l’hôtel de ville dont les travaux sont en cours et dont elle avait réussi à sauver le financement. Elle poursuivra la construction des logements communaux sur le site des vingt hectares de terres obtenus du ministère des domaines. Dr Elise Henriette Essame est déterminée à améliorer l’offre en eau potable à l’école publique d’Ekol Mbeng. Elle entend poursuivre le reprofilage des voies d’accès tels que les axes Résidence Eboua Samuel – Inspection de l’Education de Base, E P Poola – IBA – E P Mboriko - Lycée Bilingue de Nkongsamba. La construction du cercle municipal de Nkongsamba 3ème, et l’électrification des villages Ngwa, mboriko et Mbaressoumtou, font aussi parties des préoccupations du maire Elise Essame. L’encadrement des femmes dans le montage et le portage des activités génératrices de revenus fait partie des priorités du patron de l’exécutif municipal de la CAN3. Et pour y parvenir, elle peut compter sur le soutien indéfectible de ses conseillers municipaux, sur les pouvoirs publics, sur les partenaires tels que le FEICOM, le PNDP et ceux de la coopération décentralisée avec lesquels elle a intensifié les échanges.

C’est donc à la vitesse supérieure que le maire Essame Elise Henriette entend faire entrer ses populations en 2016. Et cela passe par des actions fortes et durables qu’elle va implémentées. Cela s’est traduit par les quatre – vingt hectares de terres qu’elle a attribués à l’université de Douala pour la construction de l’Institut des Beaux-Arts de Nkongsamba. Une initiative qui traduit bien la volonté de Dr Elise Essame de positionner Nkongsamba 3ème comme la nouvelle véritable ville de Nkongsamba.

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 09:38

Une maxime commerciale dit que « qui paie mal paie deux fois ». Sauf que pour le cas de Sime pierre, député à l’Assemblée nationale, il n’aura pas la possibilité de payer une deuxième fois. La cour Suprême du Cameroun vient en effet de le débouter dans l’affaire qui l’oppose à la famille Emati Ekoa Manfred.

Pour la petite histoire, Sime Pierre a acquis des parcelles de terres dans le village Nyabang dans l’arrondissement de Mélong et appartenant à la famille Emati Ekoa Manfred. Sauf qu’au lieu de passer la transaction avec l’ensemble des ayants-droits, il a traité avec un seul, le nommé Sone Emati Jean Maurice qui n’avait reçu ni mandat, ni procuration des autres cohéritiers. Ces derniers, dont la veuve, ne se sont pas fait prier pour attaquer la transaction au tribunal de première instance de Nkongsamba. Par une alchimie juridique incompréhensible, Sime Pierre a gagné le procès. Aidés magistralement par Gérard Eshemot, jeune avocat très percutant au barreau du Cameroun, la famille Emati Ekoa Manfred par le biais de la veuve Emati née Ngoh Rachel et Ewane Emati Félix Alain, va faire appel du verdict rendu en instance à Nkongsamba.et aura gain de cause sur sime Pierre à qui il sera intimé de libérer les terres illégalement occupées par lui. Le député débouté va solliciter la Cour Suprême. Celle-ci a tout simplement confirmé la sentence de la cour d’Appel du Littoral qui ordonnait le déguerpissement immédiat de Sime Pierre des terres de la famille Emati Ekoa Manfred. Ce dernier, dans un sursaut qualifié de « dilatoire » par la cour suprême, va faire introduire une demande de sursis à exécution qui sera purement et simplement rejetée sur le fond. Marquant ainsi la fin d’une imposture foncière dont s’était rendue coupable Sime Pierre. Un feuilleton judiciaire imposé aux ayant-droits d’Emati Ekoa Manfred, qui connait son terme, après plusieurs années. Une famille privée de la jouissance d’un bien qui lui appartenait et sur lequel Sime Pierre avait fait main basse. Ce dernier occupait alors ces terres sur lesquelles il cultivait du palmier à huile. C’est une vraie claque qu’a reçue Sime Pierre. Une claque de plus, qui vient saper davantage le moral d’un homme déstabilisé par la procédure pendante au TCS relative aux malversations présumées au BGFT et qui lui seraient attribuées ainsi qu’à son « fils « El hadj Oumarou. Sime Pierre va-t-il se relever de ce coup ? Les observateurs avertis en doutent car il se raconte qu’ « il a investi beaucoup d’argent pour corrompre la justice mais la vérité et le droit ont triomphé… ». Sime Pierre, de l’avis d’une grande opinion, serait réputé dans les marchés de dupes ». Ce qui le conduit régulièrement devant les tribunaux. Il se raconte que l’ancienne usine à café Gortzounian dont il serait propriétaire, aurait été acquise de manière peu orthodoxe et qu’une procédure serait en cours contre cette acquisition. Le cas de son hôtel en construction à Nkongsamba est aussi évoqué. Il se dit que Sime Pierre aurait construit un des deux bâtiments de cet hôtel sur une parcelle ne lui appartenant pas et contre l’avis du vrai propriétaire qui aurait refusé de vendre son bien. Usant de ce qu’on appelle « un abus de position dominante » du fait de sa surface financière et profitant de ce qu’on nomme « abus de faiblesse » du fait de la modestie des ressources de ce propriétaire, Sime Pierre n’aurait eu aucun scrupule à « arracher cette parcelle pour y bâtir son hôtel » déclare un témoin. Sime Pierre serait aussi au tribunal avec un certain jeune commerçant de la ville de Nkongsamba qui aurait versé 20 000 000F CFA pour une maison située au quartier « 5 » de Nkongsamba. Sime Pierre, ayant appris après encaissement des sommes convenues que l’acheteur voulait transformer le bâtiment en hôtel, aurait tenté de revenir sur la vente. Mal lui en a pris car l’acheteur avait pris jouissance du bien en y déménageant. Il a donc porté plainte contre ce jeune en espérant que la justice l’aide à expulser ce jeune entrepreneur. Sauf que Sime Pierre a oublié que les juges au Cameroun savent dire le Droit.

Ces quelques clichés attestent à souhait de ce que Sime Pierre serait empêtré dans des dossiers qui sont en train de le conduire inexorablement vers sa déchéance. La procédure en cours au TC au sujet de la gabegie au BGFT, son expulsion de Nyabang, la menace qui pèserait sur l’ancienne usine Gortzounian, le conflit en latence sur son hôtel de Nkongsamba, etc, sont –ils des signes annonciateurs de la fin de « règne » d’un roitelet qui se prenait pour un roi ? Des signaux permettent de répondre par l’affirmative

On ne perd d’ailleurs rien à attendre pour voir à quelle sauce Sime Pierre sera mangé. Et il ne pourra plus dire que ses problèmes seraient orientés vers l’expulsion des bamilékés du Moungo comme, semble- t-il, il aime bien laisser penser. En effet, « Sime Pierre est réputé dans l’art d’instrumentaliser les quelques bamilékés qui croient encore en lui en leur faisant croire que c’est parce qu’il défend leurs intérêts qu’il est persécuté par les autochtones… », confie un juriste originaire du grand Ouest. Ce fonds de commerce ne passant plus le marché, Sime Pierre serait sur une corde raide qui va certainement se casser bientôt débarrassant le Moungo d’un véritable « boulet » de sa cohésion.

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 09:31

Fidèle à son plan d’activités parlementaires et comme d’habitude après une session parlementaire, l’honorable Joseph Ernest Essame est allé à la rencontre de ses mandants de la ville de Nkongsamba ce Dimanche 20 Décembre 2015.

Le Député de la Nation a rencontré des planteurs de l’Association Ba’ambi de Kougna, les femmes de l’associations Meteu du quartier Ekol Mbeng et les hommes de l’Association « Amis Sincères » du quartier Ekol Mbeng. Au cours de ce moment de communion intense entre le député de la Nation et ses populations, les leaders des différentes associations ont salué la présence à leurs côtés du fils du quartier. Tous ont félicité l’honorable Essame Joseph pore son attention permanente aux sollicitations de ses mandants et pour les réponses pertinentes qu’il ne cesse d’apporter aux demandes des populations. Tous les orateurs du jour ont appelé des bénédictions Divines sur le député Joseph Essame, non sans lui présenter quelques doléances. Répondant à ses interlocuteurs et hôtes, l’élu du peuple s’est dit heureux de se retrouver au milieu des siens. Il évoquera quelques bons moments de son enfance et affirmera n’avoir jamais oublié l’amour et l’affection que lui témoignent les populations d’Ekol Mbeng. Honorable Joseph Ernest Essame a félicité les populations d’Ekol Mbeng pour leur « exemplaire vivre ensemble », pour l’harmonie qui les caractérise et les a exhortées à garder ces valeurs. L’élu du peuple a invité ses populations à « refuser d’être divisées, à barrer la voie à tous ceux qui veulent les diviser et à rester unies et soudées derrière les idéaux de paix, de solidarité et de développement prônés par les pouvoirs publics ». Le député Joseph Ernest Essame a ensuite rendu compte aux populations d’Ekol Mbeng des activités menées au cours de la dernière session de l’Assemblée nationale. Il fera une économie des lois votées en expliquant leur portée. Le parlementaire conclura son intervention comme à son habitude en posant des actions de soutien et de développement à l’endroit des populations ;

A l’association des planteurs Ba’ambi de Kougna, il remettra sa contribution d’un montant de 150 000f CFA pour soutenir les travaux d’entretien de la route principale desservant les plantations.

Au Jeune Saleu Tchoumi Arago, handicapé moteur, le député Joseph Ernest Essame a fait don d’un tricycle flambant neuf d’une valeur de plus de 150 000fCFA, pour l’aider à se mouvoir.

Aux femmes de l’Association Meteu d’Ekol Mbeng, venaient d’acquérir un lopin de terre pour la construction de leur foyer et qui procédaient à la pose de la première pierre, Honorable Joseph Essame a offert une somme d’un million de francs CFA.

Des dons inattendus qui ont suscité des scènes de joie immense ayant amené les bénéficiaires à porter leur bienfaiteur en triomphe. Chants d’allégresse, paroles de gratitude et de reconnaissance et gestes d’affection profonde et de bénédiction pour l’élu bienfaiteur Essame Joseph étaient à l’ordre du jour. Une façon d’exalter ce député toujours attentif et proche de sa base.

Cette descente parlementaire effectuée par l’honorable Joseph Essame à Ekol Mbeng a été qualifiée par une maman de « l’arrivée du père Noël ». Un avis motivé par la qualité et la quantité des dons offerts par le député.

Ekol Mbeng, quartier très populeux de Nkongsamba 1er constitue avec Ekel, une zone autrefois très acquise aux partis politiques de l’opposition. Grâce à ces actions régulières et pertinentes de l’honorable Essame, ces populations ont renoué avec le RDPC. La preuve a été administrée lors du double scrutin législatif et municipal du 30 Septembre 2013 où pour la première fois, le RDPC a battu le SDF. Et de l’avis d’observateurs avertis, « c’est honorable Essame Joseph qui a inversé cette tendance grâce à ses actions d’éclat… »

Titan Yonkeu

Réactions

Arago Tchoumi Saleu, Handicapé moteur, bénéficiaire.

Il y a deux ans, j’avais saisi honorable Joseph Essame comme un cadet peut saisir son aîné, comme un jeune d’une localité peut saisir son élite, pour lui présenter mon besoin d’un tricycle pour m’aider dans ma mobilité mais certaines personnes sont allées dire du mal de ma personne… Fidèle à son habitude de ne pas se fier aux racontars, Honorable Essame m’a fait l’honneur de venir à mon bureau pour discuter avec moi et je lui ai dit que ce qu’on lui racontait à mon sujet ne me ressemblait pas et que ceux qui venaient lui dire du mal de moi étaient des affamés qui cherchaient des prétextes pour obtenir des faveurs de lui… lui et moi avons aplani ces malentendus causés par des fauteurs de trouble et il s’en est allé en me faisant la promesse de solutionner mon problème…Et en grand homme il a tenu parole et de fort belle manière… Je savais qu’il ferait quelque chose pour moi mais je ne m’attendais pas à ce don ce jour-ci. J’ai été vraiment agréablement surpris et honoré par honorable Joseph Essame…Cette démarche du député Essame m’est allée tout droit au cœur car il a démontré qu’il est un homme politique différent de tous les autres qui sait tenir la parole donnée, qui ne se fie pas aux « on dit » et c’est ce genre d’homme politique que nous voulons avoir dans le Moungo…j’exhorte les jeunes du Moungo en général et ceux de Nkongsamba en particulier à soutenir Honorable Essame Joseph et tous ceux qui font comme lui car le Député Essame n’est pas de ceux qui instrumentalisent les jeunes par de petites sommes d’argent sans lendemains… C’est quelqu’un qui a une vision et j’exhorte les jeunes à ne plus se laisser tromper, d’être ces jeunes qui aspirent à la concrétisation, à la réalisation de leurs aspirations et cela n’est possible qu’avec des hommes, des leaders de la trempe de Honorable Essame joseph… N’eut été la mendicité de beaucoup d’entre nous, le député Essame aurait déjà fait beaucoup dans cette ville…

Mme Njiké , Présidente de l’Association Meteu d’Ekol Mbeng, bénéficiaire.

Les femmes de l’association Méteu d’Ekol MBeng sont très contentes car leur fils, le député Joseph Essame les a honorées au dé là de leur espérance… Nous avons tendu la main à notre fils et Député et il a non seulement répondu à notre appel, mais il l’a fait comme personne ne l’a jamais fait avant. Sa contribution va nous motiver à faire sortir de terre ce foyer et nous prions pour lui afin que Dieu le garde en santé et lui donne assez d’énergie et de moyens pour continuer à être aux côtés des populations qui le sollicitent…

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article