Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 13:23

Depuis plus d’un an maintenant, l’entreprise PHP dans sa déclinaison sociétale de la certification Fair Trade est présente sur la scène des actions sociales au bénéfice des populations riveraines des installations de cette entreprise citoyenne. Pour mieux cerner cette entité qu’est le FAIR TRADE PHP, Le Vigile Républicain est allé à la rencontre du président de son comité central. Il évoque la nature de ce concept, il en décline les missions, parle de son organisation, de son bilan et jette un regard sur les perspectives d’avenir.

Veuillez- vous présenter à nos lecteurs.

Je m’appelle EPONGO Kuntz Emmanuel, Informaticien en service depuis 13 ans à la PHP

C’est quoi le comité Fair Trade PHP ?

Pour parler du Comité Fair Trade il faut déjà parler de sa création. En fait, le Comité est une conséquence de la certification au Commerce Equitable de la PHP qui par cet acte démontre son engagement pour le travail décent et le respect de l’environnement. En plus d’avoir une stabilité du prix sur le marché pour la banane vendue sous le label Fair Trade, un dollar (1$) par carton est reversé au profit du travailleur qui devra en faire un outil de mise en place de projets durables pour lui-même, sa famille et sa communauté. Le comité Fair Trade est donc cette association des travailleurs issue de la certification et qui devra œuvrer en étroite collaboration avec la Direction Générale afin que les standards de Fair Trade soient compris et appliqués au sein de la société.

Depuis quelle date présidez-vous ce Comité ?

J’ai l’honneur de présider ce Comité depuis maintenant trois ans, exactement le 24/06/2013, date du scrutin.

En quoi consistent les missions du bureau que vous conduisez ?

Les missions du bureau exécutif peuvent se définir en deux grands points : d’une part informer et consulter les travailleurs de l’entreprise sur les standards et leur application, sur la prime et son utilisation ; d’autre part, de gérer et investir cette prime dans des projets durables de manière transparente et responsable.

Quelle est la nomenclature de l’organigramme du comité Fair Trade PHP ?

Le Comité Fair Trade s’organise autour de 14 comités locaux, qui représentent les différents établissements de la PHP sur son étendue géographique. Ces différents comités coordonnent leur fonctionnement autour du Comité Central qui en fait est composé de différents représentants des comités locaux. Dans le Comité Central est élu un bureau exécutif qui coordonne les activités du Comité Fair Trade de la PHP.

Comment les membres tant du comité central que des comités locaux mixtes sont-ils désignés ?

Il faut déjà souligner une chose, à partir du moment où on devient travailleur de la PHP, la qualité de membre est conséquente, qu’on soit permanent ou temporaire. Maintenant, compte tenu du grand nombre des employés (presque 7000 en ce moment), on a opté pour un système de délégation. Et c’est ainsi que les délégués (élus) constituent les comités locaux qui, à leur tour, élisent des représentants pour le Comité Central. Le Comité Central est ainsi composé de différents représentants élus dans les comités locaux.

Par ailleurs, dans chaque comité local, on assure bien la représentativité de tous les corps de métier, du genre, des permanents et temporaires. Ils sont accompagnés chacun par un représentant de la Direction Générale.

Le Comité Central Fair Trade de la PHP compte à ce jour 27 représentants des différents comités locaux qui sont accompagnés par 3 représentants de la Direction Générale.

Quel intérêt la PHP a-t-elle d’être certifiée Fair Trade ?

Je pense que c’est évident : la PHP compte plusieurs certifications à son actif qui démontrent à suffisance son respect des standards d’une agriculture responsable. Celle de Fair Trade vient également démontrer que le facteur humain fait partie des préoccupations permanentes de la société pour garantir de meilleures conditions de travail à ses salariés.

Par voie de conséquence, l’impact des projets choisis par les travailleurs au sein de la communauté trouve sa motivation dans le désir de préserver notre certification car désormais outil d’accompagnement pour le développement durable.

Quelles sont les retombées de cette certification Fair Trade pour les employés de la PHP ?

Si on jette un coup d’œil sur le bilan de Fair Trade après ces 3 années d’existence, les apports sont multiples.

Tout d’abord, nous pouvons noter que les travailleurs ont bénéficié des formations de renforcement des capacités managériales des différents membres du comité et puis grâce à elles le champ d’application des retombées ou enseignements reçu(e)s se fait même en dehors de la PHP. Ensuite, je pense qu’il est tout aussi est bon de préciser qu’à l’appréciation du travailleur, un pourcentage de la prime, qui n’excède pas 20%, peut lui être redistribué sous forme de bonus à chaque exercice. Enfin, les projets réalisés viennent résoudre des besoins exprimés au quotidien par les familles des travailleurs et leur communauté. Je pense qu’une amélioration peut être perceptible sur le plan de la santé et l’éducation à l’heure où je vous parle.

Qu’est-ce qui a motivé les employés de la PHP à orienter leurs gains de la certification Fair Trade vers les actions sociales et non à en disposer pour eux-mêmes ?

Il y a déjà même la finalité de la prime, la disposer entièrement en bonus va à l’encontre des standards de Fair Trade qui lui a prescrit une autre utilisation. Les actions sociales ont l’avantage de résoudre des soucis de façon globale au sein de la communauté, les travailleurs qui y passent leur quotidien ont ressenti la nécessité de prioriser cela et prenant sur eux d’apporter leur contribution pour faire quelque chose sur les plans sanitaire et éducatif.

Quel est le bilan réel du comité Fair Trade PHP à ce jour ?

Je pourrais vous retourner la question, il me semble que c’est perceptible à suffisance. De Manjo à Tiko, en passant par Loum, Penja, Bouba et Njombé, on peut compter une dizaine de salles de classe construites entièrement équipées en tables bancs ou sur le point de l’être, 6 salles de classes réhabilitées pour les établissements scolaires, 60 lits d’hospitalisation, des bâtiments d’hospitalisation construits et réhabilités, château d’eau pour les centres hospitaliers,...

Etes-vous satisfait de ce bilan ?

Moi je le suis, et vous ?

Quelles sont vos perspectives d’avenir ?

Nous tenons, tant que cette prime nous le permettra, à continuer notre aventure pour donner un visage nouveau à notre communauté et aux travailleurs. Chaque projet devra trouver sa définition dans un souci réel d’avancer et solutionner de manière pérenne des difficultés que vivent les travailleurs et leur communauté.

Vous venez d’effectuer des voyages d’étude et d’échanges dans des Comités Fair Trade de certains pays africains dont la côte d’Ivoire et le Kenya : Peut-on dire que ces voyages ont été bénéfiques pour le comité Fair Trade PHP ?

Ces voyages ont pour objectif de participer au-delà de la PHP et du Cameroun aux activités de Fair Trade au niveau régional et continental. Au menu, nous avions surtout le partage d’expérience et les formations pour mener à bien les missions qui sont les nôtres chacun dans son pays. La certification n’est pas un acquis, les différents audits à chaque exercice contrôlent le bon fonctionnement et donne le OK pour le renouvellement. La maîtrise des bonnes pratiques pour le Comité nous permet d’être en harmonie avec tout cela.

14-Votre mot de fin ?

Mon mot de fin ira surtout à l’endroit de la communauté qui fait partie des acteurs qui préservent cette certification. Nous sommes suffisamment conscients aujourd’hui de l’apport de Fair Trade au sein de notre communauté. Aussi, lançons-nous un appel à contribution afin de nous aider dans les efforts d’entretien des projets réalisés mais aussi accompagner la PHP dans sa quête permanente de bonnes pratiques pour le travail décent et la préservation de notre environnement.

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 13:19

Quel que soit le degré de défaitisme qui peut caractériser un observateur du Moungo, il est honnête de reconnaître que le département d’origine de Charlotte Dipanda, Prince Ndedi Eyango, Louis Henri Ngantcha, Joseph Ernest Essame, Paul Eric Kingue,etc, marque progressivement sa renaissance. Des signes visibles permettent de s’en convaincre et il faut être véritablement aveugle pour ne pas les voir. Le pic de cette renaissance du Moungo a été marqué au cours de l’année 2015 qui s’est achevée il y a quatre mois.

Tout démarre avec une curieuse coïncidence divine en Janvier 2015. Tous les Evêques du Cameroun se sont donné rendez-vous dans le Moungo où pendant une semaine les princes de l’Eglise catholique ont prié pour ce département. Quelques jours avant l’arrivée de la trentaine d’Evêques du Cameroun, ce sont les femmes de l’Union des Femmes Chrétiennes (UFC) de l’Eglise Evangélique du Cameroun qui ont posé leurs valises dans le département du Moungo pour leur congrès. Placé sous les deux signes divins ci-dessus et arrosé de nombreuses grâces découlant de ces prières, le Moungo est véritablement

Apparu sous un jour différent avec les effets immédiats.

Sans ordre chronologique et les prenant tels qu’ils arrivent, le département du Moungo a été aux devants de la scène avec la nomination de Lejeune Mbella Mbella, au poste de Ministre des relations extérieures. Un retour en grâce du Moungo qui se fait par un des ministères de souveraineté du Cameroun. Un évènement célébré avec faste par les fils et les filles du Moungo. A côté de cet évènement politique, se trouvent deux grosses actualités sportives. D’abord l’UMS de Loum qui remporte le 56ème trophée de la Coupe du Cameroun majoré du trophée de l’Homme du Match. Ensuite l’accession de Stade Renard de Mélong en championnat professionnel Elite Two. Ce qui donne désormais au Moungo deux clubs engagés dans le championnat d’Elite au Cameroun. La nomination de Dr Ndoumbé Nkeng Michel, fils de Loum au poste de Directeur du CARBAP de Njombé, la création de l’agropole de Nlohé, la création d’un bataillon d’infanterie motorisée (BIM) à Loum, la réhabilitation tant espérée des services de la Préfecture de Nkongsamba, la sortie de terre de la sous-préfecture de Baré, le lancement des travaux de la construction de la sous-préfecture de Nkongsamba 3ème , etc, sont des signes réels de ce que le Moungo est en marche vers sa renaissance. Une marche qui va se poursuivre en 2016 au regard d’autres signaux pertinents.

Cela passe par des initiatives publiques et privées dont le bitumage de la ville de Mélong, la remise au goût du jour du stade municipal de Loum par le biais de la PHP, les actions sociales du député Essame Joseph qui est en train de doter Ngwa d’un temple pour l’EEC, la mise en service des premiers véritables logements communaux construits par le maire Dr Elise Henriette Essame de la commune d’Arrondissement de Nkongsamba 3ème , et aussi par la mise progressive hors d’état de nuire de certaines forces de freinage de la marche du Moungo. Il en est de même du bitumage sur fonds publics octroyés par le gouvernement des axes desservants les quartiers mythiques de Nkongsamba dont Nlonko’o, de la construction de l’hôtel de ville de Nkongsamba 3ème dont les travaux avancent, du bitumage de l’axe Mélong - Bangem, et la liste est loin d’être exhaustive.

C’est aussi cela la vie d’une société et comme « vox populi, vox Dei » nul doute que les aspirations d’émergence du Moungo seront exaucées par Dieu qui a déjà donné de voir à ce département, les signes de sa divine Grâce.

Aux fils et aux filles du Moungo de capitaliser ces grâces dans l’intérêt de leur département. Un département riche d’histoires qu’a visité Dieudonné Ivaha Diboua, Gouverneur de la Région du Littoral.

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 14:58
Justice : Sime pierre et Compagnie expulsés du BGFT!

Décidément, un malheur ne vient jamais seul. Le cas du député Sime Pierre, président national (à vie ?) du Syndicat transporteurs Routiers du Cameroun, (SNTRC) et président du comité de gestion du Bureau de gestion du Fret terrestre (BGFT), devient préoccupant.

Alors qu’il n’a pas encore digéré son expulsion des cinquante-un hectares de terres qu’il occupait « illégalement » aux yeux de la justice, à Nyabang dans l’arrondissement de Mélong, voilà qu’un autre coup de massue vient de s’abattre sur sa tête, sur celle de son « fils » El hadj Oumarou et sur celle de leurs nombreux protégés.

En effet, en date du 06 Février 2015, la chambre des référés du tribunal de première Instance de Yaoundé, Centre administratif, statuant sur le cas d’une plainte portée par madame Nga Madeleine Cunégonde et El Hadj Sali Moussa contre le SNTRC et Sime Pierre a rendu une décision portant désignation d’un administrateur provisoire à la tête du SNTRC. De cette décision disait « …désignons comme administrateur provisoire du Syndicat des transporteurs routiers du Cameroun, ce jusqu’à l’issue de la procédure pendante au fond monsieur Mokala Vincent de Paul, Expert agrée … ». Une ordonnance y relative avait alors été délivrée le 12 Mars 2015. En d’autres termes, Sime pierre était éjecté de son fauteuil de président éternel (?) du SNTRC et perdait de fecto aussi son statut de président du comité de gestion du BGFT. Une désignation qui avait pratiquement traumatisé Sime pierre et compagnie qui ne pouvait pas supporter de se voir écarter de leurs deux vaches à lait que sont le SNTRC et le BGFT. Ils introduiront un sursis à exécution et feront appel de la décision. Or entretemps, par une plainte déposée contre Sime Pierre et El hadj Oumarou Dandjouma, sieurs Hamadou Djika et Touck François, tous des responsables de syndicats de transporteurs, au TCS est venus compliqué la situation pas déjà plaisante de nos deux managers d’u autre genre.

Statuant sur l’appel introduit pas sime Piere et compagnie relativement à la nomination d’un administrateur provisoire à la tête du SNTRC, la cour suprême du Cameroun vient de désavouer une fois de plus SIME Pierre et sa clique. La plus grande juridiction du Cameroun a confirmé la décision prise en instance. Monsieur Mokal Vincent de Paul est le nouveau patron du SNTRC. Sime Pierre et ses amis doivent aller attendre à la maison jusqu’à ce que la justice établisse la vérité sur les faits qui leur sont reprochés sur leur gestion. Et en termes de faits, ce sont des milliards de francs CFA détournés depuis 1994 qui sont imputés à Sime Pierre et ses amis tant au SNTRC qu’au BGFT. Selon messieurs Djika et Touck, Sime Pierre et ses acolytes auraient distraient 43 406 339 071 fCFA de 1994 à 2014 au titre de timbres par lettre de voyage et 2 100 000 000 FCFA de frais de vignettes CEMAC sur une période de 14ans. « C’est donc du fait de la gravité de ces accusations et de la pertinences des éléments versés au dossier que le juge a estimé, à raison, qu’il faille écarter Sime Pierre de la tête de la structure dont la gestion est querellée car en l’y laissant il pourrait empêcher à la vérité de se manifester… », déclare Me Nnoko Marcelin, Expert en Droit commercial et des affaires.

C’est donc dans une période de sabbat que vont vivre Sime Pierre et ses affidés. Ils vont tous réapprendre à faire immatriculer leurs voitures car le SNTRC était devenu un outil pour contourner la législation fiscale.

Certes Sime Pierre et ses amis se sont pourvus en cassation pout tenter de casser cette décision de la Cour suprême du Cameroun. Sauf que le pourvoi en cassation ne suspend pas l’application de la décision. En d’autres termes, en attendant que leur pourvoi soit examiné, monsieur Mokala Vincent de Paul, gère le syndicat et incidemment le BGFT car, Sime Pierre était devenu le président du comité de gestion du BGFT du fait de sa présence à la tête du SNTRC. Et de l’avis de Me Nnoko, « il n’ y a aucune chance de voir prospérer ce pourvoi en cassation car toutes les instances inférieures ne peuvent s’être toutes trompées surtout qu’il s’agit d’affaire de distraction de fonds… ».

Qu’ils le veuillent ou non, Sime Pierre et compagnie sont renvoyés à la maison et n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes car comme le dit la maxime « qui crache en l’airle reçoit sur son visage ».

Après avoir été chassé des terres de Nyabang, après ce camouflet reçu au SNTRC et au BGFT, d’autres patates chaudes attendent d’être servies à Sime Pierre notamment dans les dossiers de la liquidation de l’immeuble Gotzournian, du deuxième bâtiment de son hôtel, de la maison vendue au quartier 5 aviation de Nkongsamba, et des plantations de Dolpech toujours dans l’arrondissement de Mélong… Des ingrédients pour concocter un AVC en règle en perspective !

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 14:30
Assemblée Nationale:  Honorable Joseph Ernest Essame rend hommage à Sa MajestéEdimo Jean de Mangamba !

Il y a un peu plus d’un an, L’honorable Joseph Ernest Essame, Député à l’Assemblée Nationale, effectuait alors un séjour dans le secteur Mangamba, pour un compte rendu parlementaire et aussi pour remercier les populations des sept villages du secteur pour leurs suffrages au scrutin législatif du 30 Septembre 2013…

A cette occasion, Sa Majesté Edimo Jean, chef du village Mangamba et doyen des chefs du secteur Mangamba, déjà très malade et alité, fit alors un effort sans pareil pour se lever et quitter son lit de malade pour venir accueillir son hôte, le député Joseph Essame. Bien que très affaibli par la maladie, le berger traditionnel de Mangamba, va prendre part à toutes les activités et prononcera même un discours danslequel il fera comme une sorte de testament à la population. Il invitera les populations du secteur Mangamba à continuer à soutenir des fils du village tel que le député Essame Joseph. Sa Majesté Edimo Jean, puisera au fond de lui-même, l’énergie nécessaire pour féliciter l’honorable Essame pour les difficultés surmontées pour venir à la rencontre des populations du secteur Mangamba. Il dira à l’honorable Essame « … vous étiez trois à être élus dans votre liste, mais tu es le seul qui pense à venir nous voir…sois en remercié mon fils… ».

Quelques semaines après, Sa Majesté Edimo Jean rendra l’âme, terrassé par l maladie qui le rongeait depuis longtemps alors le député Joseph Ernest Essame était en séjour en dehors du Cameroun Ce n’est qu’à son retour qu’il apprendra me décès de son père et conseiller, Sa Majesté Edimo Jean. Eprouvé par cette disparition, honorable Joseph Essame décidera alors de témoigner sa reconnaissance à la mémoire de Sa Majesté Jean Edimo. L’élu du peuple dira « en tant que fils, je dois faire le deuil de mon père Sa Majesté Edimo… ». Une promesse qu’il a traduite en acte le vendredi 22 Janvier 2016. Honorable Essame Joseph et son épouse, à la tête d’une forte délégation partie de Ngwa, Nkongsamba, Douala,etc, va effectuer une entrée solennelle dans le village Mangamba. Pour l’accueillir outre les six autres chefs du secteur Mangamba et leurs populations, le chef du canton Babong dans l’arrondissement de Loum, et des délégations issues des villages voisins que sont Balondo, Babaong, Bonalébé,…

Au programme, un culte d’Action de grâce présidé par le Délégué pastoral de l’Eglise Evangélique du Cameroun du secteur Mangamba, des témoignages en mémoire de l’illustre défunt, Sa Majesté Edimo Jean, et des réjouissances populaires. En dehors d’un buffet majestueux offert par la famille Essame Joseph Ernest, les populations ont eu droit à une belle galette cultuelle. Six groupes de danse représentant toutes les composantes sociologiques vivant dans le secteur Mangamba et dans le canton Babong, ont offert plusieurs heures de spectacle. Chorégraphie de haut vol, pas de danse bien harmonisés, et scénarii bien mis en scène, ont été servis aux populations… Pendant toute la nuit, Honorable Joseph Ernest Essame, soutenu par les populations du secteur Mangamba et les chefs des villages, a rendu un hommage mémorable à sa Majesté Edimo. Un hommage qui a suscité chez tous ceux qui y ont pris part de l’admiration et davantage de respect pour Honorable Joseph Ernest Essame.

Cet attachement de l’honorable Joseph Essame au secteur Mangamba remonte à plus de dix ans lorsqu’il a été adopté par les populations de cette zone autrefois acquise aux partis politiques de l’opposition et singulièrement au SDF. Il a a fallu cette idylle entre le député Essame Joseph et les populations du secteur Mangamba pour voir ces populations adopter le RDPC.

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 14:28

C’était le rêve de la jeunesse Loumoise, de voir leur stade municipal remis au goût du jour. Et face à l’inertie d’une autorité municipale incapable de cerner les véritables désirs des populations et grâce au lobbying efficace e l’APDIAL et de l’ANAREL, le Directeur général de la PHP, monsieur Armel François, a su prêter une oreille attentive à ce cri de cœur de cette jeunesse Loumoise à qui il manquait un espace pour la pratique du football en particulier et des autres sports en général.

Le stade municipal de Loum est de nouveau opérationnel, disposant des commodités nécessaires pour les grandes compétitions. Ce stade a été rouvert à la pratique du football à l’occasion de la rencontre de la deuxième journée du championnat Elite One avec le match opposant l’UMS de Loum à cosmos du Mbam. La tenue de ce match faisait alors suite à l’homologation par la commission spécialisée de la ligue de football professionnel du Cameroun t de la fédération camerounaise de football. Une pelouse au gazon naturel, une main courante viable, des vestiaires parmi les cinq meilleurs au Cameroun, des bureaux pour les responsables de la gestion du stade, etc, sont autant de commodités mises à disposition par la PHP en deux phases d’exécution des travaux. Près de quatre-vingt millions de francs CFA investis par la PHP et qui font le bonheur des jeunes amoureux sport de Loum. L’un d’eux affirme d’ailleurs sans ambages que « la PHP nous a ramené l’UMS à Loum… nous en sommes fiers… » Un propos qui confirme la reconnaissance que les populations de Loum en général et les jeunes en particulier témoignent à cette entreprise citoyenne dont l’investissement social à Loum est tous azimuts. Pendant une saison, les populations de Loum vont accueillir, Coton Sport de Garoua, Union de Douala, Canon de Yaoundé, Astres de Douala, Panthère du NDE, Mbamboutos de Mbouda, Racing de Bafoussam, etc, avec les effets économiques positifs y afférents. Ce qui viendra démentir le propos du Maire kuate Wambo Guy, qui n’a de cesse de dire que « …le stade ne rapporte rien à la mairie… ». Comme si la mairie doit faire des bénéfices. Le seul bénéfice que doit faire une mairie c’est la satisfaction des aspirations des populations. C’est ce que la PHP vient encore de faire avec ce stade municipal de Loum remis à neuf.

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 13:32
Commune d'arrondissement de Nkongsamba 3ème: Le Maire Elise Henriette reprofile les routes de sa commune !

Madame le maire de la commune d’arrondissement de Nkongsamba 3ème, Dr. Elise Henriette Essame, a procédé, ce 09 Février 2016 au lancement des travaux de reprofilage de certaines routes de sa commune.

Elle était entourée pour la circonstance, de son premier Adjoint, Salomon SingtatBilong, de son Secrétaire général, Philibert NgameNgondo, du point Focal des grands travaux à la commune d’arrondissement de Nkongsamba 3ème, Joseph Désiré MbellaNgondo, du chef du quartier Mbaressoumtou –Aviation, François Nanko, et du président du comité de développement, Paul Tchamedjeu. Au cours de ce lancement, Dr Elise Henriette Essame a personnellement supervisé les travaux sur l’axe allant de la plaque signalétique de la PMI Nlonako à la Nationale N° 05 en passant par la PMI Nlonako, Résidence du Procureur de République.

Ces travaux de reprofilage des routes dans la comme d’arrondissement de Nkongsamba 3ème ,vont concerner sept axes importants dont l’axe conduisant à l’inspection d’arrondissement de l’éducation de Base de Nkongsamba 3ème, l’axe EEC Mbaressoumtou- l’axe Site Institut des Beaux- Arts, Ecole Nzende - Résidence Ngongang, l’axe Pressoir à huile de palme – Lycée Bilingue de Nkongsamba dans Mbaressoumtou village et l’axe allant des services de la Surveillance du Territoire à l’Ambassade Mbamboutos au quartier EkolMbeng.

Cette initiative du maire Dr Elise Henriette Essame a été saluée par les populations à travers plusieurs d’entre elles venues vivre le déroulement sur le terrain et aussi par leur représentant que sont le chef du quartier et le président du comité de développement qui n’ont pas manqué de remercié leur maire. D’ailleurs, le Procureur de la République près le tribunal de Grande Instance de Nkongsamba, Valentin Ngong, qui, de passage, a marqué un arrêt pour féliciter madame la Maire Dr Elise Henriette Essame.

Après cet axe, les travaux se sont déportés sur le secteur de Poola où les populations ont salué la promesse tenue du maire Dr Elise Henriette Essame.

Ces travaux de reprofilage participent d’un engagement pris par madame le maire de Nkongsamba 3ème au cours de la dernière session du vote du budget 2016 au cours duquel, le plan d’investissement annuel 2016 a aussi été voté.

Comme quoi, pendant que la caravane de la délation aboie, le maire Dr Elise Essame et son équipe sont au travail au service des populations…Et selon Dr. Elise Henriette « il est question pour l’exécutif municipal de mettre en œuvre toutes les recommandations du conseil municipal dans l’intérêt des populations… ».Une détermination qui, depuis 2013, offre à la ville de Nkongsamba 3ème, les allures d’une véritable ville naissante.

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 13:30

Le patron de l’éducation de base dans le Moungo vient d’amorcer le tour des structures de l’éducation de base de son territoire de compétence.

Amorcée 18 et 19 Janvier 2016 par l’arrondissement de Mélong, cette tournée de prise de contact a conduit le délégué départemental Komo Esaïe Privat, tour à tour dans les arrondissements de BaréBakem, de Njombé-penja, de FikoBonaléa,…, pour la première phase.

A chacune des étapes, le délégué départemental s’est informé sur le quotidien de ses collaborateurs, il a recensé les difficultés tant des directeurs d’écoles que des parents d’élèves en passant par celles des enseignants. A certains de ces problèmes, le délégué départemental a apporté des pistes de solutions voire des réponses pertinentes. A celles qui relevaient de la compétence de la haute hiérarchie, le numéro Un de l’éducation de base dans le Moungo, a en pris acte et a promis d’en faire le compte rendu à qui de droit. Bien plus, et aux fins de davantage renforcer la proximité, le délégué départemental a tenu dans chacune des étapes de son périple, une réunion de synthèse avec les acteurs des communautés éducatives. Réunions au cours desquelles, les participants ont librement échangé avec la hiérarchie départementale de l’éducation de base du Moungo sur toutes les questions.

Globalement, cette première phase de la tournée de prise de contact aura été un succès et aura donné l’occasion au Délégué Départemental de l’éducation de Base de faire le constat selon lequel de nombreuses unités scolaires fonctionnent sans installations viables, sans installations, sans équipements, sans mobiliers, etc.

Un triste tableau face auquel le Délégué Komo Esaïe n’est pas resté indifférent. Il a promis de les référer à au Ministre de l’Education de base et de renforcer le dialogue avec les collectivités territoriale décentralisées dans la perspective de l’apport des solutions à certaines des sollicitations des écoles. Mais en attendant, Le délégué départemental de l’éducation de base a, tout en remerciant les APEE pour leur apport indéniable, exhorté celles-ci à continuer à soutenir les unités scolaires.

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 13:28

Le comité de développement du canton Baneka CODACABA, tient son congrès les 25, 26 et 27 Février 2016 à Nkongsamba. Le CODECABA qui est un espace de réflexion, de concertation et de conception des projets de développement du canton Baneka par les fils et les filles de ce terroir, tient son congrès au moment où de nombreux observateurs s’interrogent sur son rôle réel, sur son apport socio-économique et sur sa capacité à influencer la vie dans le territoire Baneka.

En effet, les Baneka qui regorgent pourtant en leur sein des fils et des filles de qualité, semblent avoir de la peine à regarder dans la même direction. Ces divergences de vue exacerbées par les manipulations politiques et politiciennes ont fini par déteindre sur les rapports fraternels entre les Baneka. La flagrance des mésententes entre les Baneka est si évidente que l’on peut observer que des Baneka issus d’Ekangté se regardent en chien de faïence, qu’un Baneka de Mbaressoumtou ait le courage d’«affronter » politiquement son frère qui de surcroit est membre du comité Central de leur parti politique commun, que le chef du canton Baneka accepte de jouer les seconds rôles dans un conseil municipal contre l’avis de ses fils et filles Baneka qui espéraient le voir en être le maire. Ce cas de figure étant impossible à L’ouest, dans le grand Nord et même dans le Sud ou à l’Est du Cameroun. Les contradictions et paradoxes entre fils et filles Baneka, leur incapacité à faire le « one mop » amènent les observateurs à penser que les Baneka ne peuvent pas impulser un vrai développement de leur canton. Entendu en contexte Camerounais que le politique régit tous les autres domaines de la vie de la société, les Baneka peuvent –ils efficacement influer sur le développement de leur canton s’ils ne jouent pas des rôles politiques de premier plan ?Les derniers renouvellements des organes de base du RDPC, parti politique dominant de Nkongsamba, ont mis a nu le degré de fracture entre les fils et filles Baneka. Dr NgolloNgana Emmanuel, illustre fils Baneka, membre titulaire du comité central, a été humilié par le BINAM et le Yakamata avec la complicité d’autres Baneka. Au cours de ces opérations, les seuls Baneka qui ont été élus l’ont été à des postes d’Adjoints, faisant office de « sous –fifres ». Le fait qu’à Nkongsamba, dans le canton Baneka, le Président du CODECABA en personne, maître EithelEkandjeNjanga, soit ravalé au poste de vice-président de section à Nkongsamba 1er derrière un membre titulaire du comité, maire de Nkongsamba 1er , le Président du Yakamata, El Hadj Oumarou, originaire du Grand nord, est symptomatique de la dilution des Baneka ou alors de leur phagocytose par le Binam et le Yakamata. A Nkongsamba 2ème, des Baneka, au premier rang desquels le chef de canton, adoubent Thomas Wandji, secrétaire général du moribond BINAM et maire de Nkongsamba 2ème, devant Frédéric NzokiEpoh, fils Baneka d’Ediakap, Proviseur du plus grand Lycée du Moungo qui aurait pu être un véritable Président.

La seule section que préside un Baneka est celle de Nkongsamba 3ème. Daniel Matike, qui a été « élu » est selon des sources « un faire valoir », « un patin » «mis là-bas pour faire le jeu de Sime Pierre et compagnie ». En effet, il se raconte à Nkongsamba qu’un deal aurait été passé entre Daniel Matike et le BINAM-YAKAMATA. Et selon les termes de ce deal, Daniel Matike devrait démissionner de son poste de président, moyennant quelques compensations, cédant sa place à Edimo Nana Ferdinand qui ferait alors la volonté de leurs « géniteurs politiques »

Au vu de ces quelques clichés qui illustrent à souhait l’état de délabrement des rapports entre les fils et filles Baneka et au vu de la stérilité du CODECABA en termes de projets de développement, l’on peut légitiment conclure que le Baneka et le CODECABA sont décidément à la croisée des chemins.

Est-il possible de voir le CODECABA inverser la tendance ? La réponse est affirmative au vu des ressources humaines dont regorge ce canton. D’Essame Joseph Ernest de Ngwa à Dr NgolloNgama de Mbaressoumtou en passant par EnandjoumMbwanga d’Edjogmoa, NzokiEpoh Frédéric d’Ediakap, Prince NdédiEyango et Félix MbellaMbole, de Ngalmoa, EithelEkandje d’EkelMbeng, André et Jacqueotti,..., d’Ekangté, Robert NgombiPanga de Mboriko, philibertNgameNgondo de Mbaressoumtou, etc, les Baneka disposent des moyens humains. Il leur suffisait de faire montre de bon sens, de privilégier l’intérêt de leur canton, de refuser la politique hégémonique du BINAM et du YAKAMATA.

Et pourtant, l’on a vu des Banéka se lever pour revendiquer l’identité de leur terroir et les intérêts y relatifs. Les cas de Dr NgolloNgama, Joseph Ernest Essame, MbellaMbole Félix, Njiki Epara,

etc, qui ayant essayé de faire valoir les droits du peuple hospitalier Baneka, se sont vus taxés de « tribalistes ». Les responsables de cette cabale, bien identifiés, se servant d’autres Baneka, couards et veules, pour casser cette dynamique légitime. Prince NdediEyango, investi par la base en 2013 pour l’élection municipale à Nkongsamba 1er, a vu nom disparaître de la liste au profit d’un originaire du Grand nord, sans qu’aucun Baneka ne s’en offusque, est étonnant et incompréhensible

Tenir des congrès, c’est bien mais en faire appliquer les résolutions et recommandations, c’est encore mieux. Il n’y a qu’à Nkongsamba, où, les héritiers légitimes baissent l’échine devant des enfants adoptifs. Et cette posture pas honorable pour l’Elite Baneka actuelle, va la rattraper au moment des retraites professionnelles. Alors, les enfants, EwanePanga, EbouelEpanda, NgolloNgama, Esamme, Otti, MbellaMbole, NzokiEpoh, EnandjoumMbwanga, etc, demanderont à leurs parents, ce qu’ils ont fait de l’héritage foncier et culturel, …, que leur ont confié leurs ancêtres.

Sauront-ils répondre pertinemment à cette interpellation fondée, si rien n’est fait aujourd’hui ? Le vœu que l’on peut alors formuler pour les Baneka, c’est qu’ils entendent la voie de la sagesse, de la raison e qu’ils opèrent les vrais et bons choix qui participent à l’émergence d’un canton Baneka et des Baneka forts et prospères.

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 13:25

En marge de la cérémonie d’appel à candidature pour Paul Biya par les militants et sympathisants RDPC de la Région du Littoral, Le Vigile Républicain fixe ses projeteurs sur un acteur politique du Moungo centre 2 à Njombé-Penja.

Présentez-vous sommairement à nos lecteurs

Je suis MbangNjijock Louis David, enseignant de formation, professeur de Lycées d’enseignement technique industriel et professionnel hors échelle ; je sais natif de Penja il y a une cinquantaine d’années, … Je suis un enfant Bafun de Penja parce que né à Penja…. Mes parents y sont arrivés dans les années 1950. Mes frères et sœurs et moi sommes tous nés à Penja et nous revendiquons notre appartenance à part entière à Penja en particulier et à l’arrondissement de Njombé- Penja en général.

Que représente Njombé –Penja pour nous ?

Beaucoup de gens aujourd’hui ne savent même pas ce qu’est Njombé –Penja en réalité. Njombé signifie la porte et Penja vient de pena qui signifie les étrangers. C’est dire que nous connaissons ce que c’est que ce village pour être des enfants Bafun. Même si certains peuvent laisser croire que nous sommes les enfants d’ailleurs … Mon cordon ombilical est à Penja et c’est à Penja, s’il plaît à Dieu, qu’on va m’enterrer. Penja, c’est mon village, Njombé-Penja, c’est mon arrondissement…..

Quelle est votre responsabilité au sein du RDPC à Njombé-Penja ?

Actuellement je suis le président de la sous-section RDPC Penja- centre, élu dans le cadre des dernières opérations de renouvellement des organes de base du RDPC.

Mesurez –vous la tâche qui est la vôtre ?

Oui, j’ai conscience de la mission qui est la mienne et qui est aussi celle des camarades élus avec moi dans ma sous-section, dans d’autres sous-sections de Njombé-Penja et même à la section. Les populations attendent beaucoup de nous et nous avons une seule mission qui est celle de rassembler tout le monde autour de l’idéal qu’incarne le chef de l’Etat, son Excellence Paul Biya. Et nul ne doit s’éloigner de cette mission donnée par le chef de l’Etat…

Quelle est votre position vis-à-vis de l’appel à candidature envoyée à Paul Biya par votre parti ?

Une seul a été capable de porter les espoirs de tous les Camerounais et pour nous autres, nous savons qui est monsieur Paul Biya et nous attendons davantage de lui. Il n’y a que lui seul, au jour d’aujourd’hui, au vu de son expérience, de son vécu expérientiel, de sa maturité dans tous les domaines possibles… il est capable de nous dire, voilà le bon chemin…. Nous nous devons de naviguer comme il nous l’indique…

Vous héritez d’un organe dans un parti qui hier occupait la 1ère place et qui est aujourd’hui non seulement dans l’opposition à Njombé-Penja mais occupe la 3e place après le SDF et l’UNDP. Pensez –vous que le RDPC a les moyens pour inverser la tendance ?

D’aucun pourront penser que le RDPC est la 3e force politique dans Njombé-Penja, c’est faux. A l’origine ce sont les petites querelles intestines entre les militants du RDPC qui ont porté les autres partis à la tête de la mairie, par exemple, de notre localité. Mais le RDPC reste et demeure la seule force politique dans l’arrondissement de Njombé-Penja et actuellement, nous venons avec cette nouvelle dynamique que le chef de l’Etat, chaque jour ne cesse de nous demander. Surtout à l’endroit des jeunes et des femmes. C’est cette nouvelle vision, cette nouvelle dynamique qui fait notre force et qui va nous permettre de rassembler au maximum les militants, les réconcilier afin que dans les échéances futures, le RDPC puisse être cette première force qu’elle a toujours été.

Avez –vous espoir en l’avenir et quel message lancez-vous à notre famille politique de la section RDPC du Moungo centre2 ?

J’interpelle tous les militants, tous les sympathisants et tous ceux-là qui hésitent encore à rejoindre nos rangs car le train du RDPC est en marche tant pis pour ceux qui ne vont pas emprunter ce train là. Ils seront déçus et ce sera tant pis pour eux... Nous autres, nous avons compris que c’est avec le RDPC que nous pouvons espérer. Vous n’avez qu’à regarder sur l’étendue du territoire, les grands projets qui sortent de terre. Alors nous devons continuez à soutenir le chef de l’Etat, Son Excellence Paul Biya afin que notre pays soit l’un des pays les plus développés d’Afrique…

Propos recueillis à Penja par Titan Yonkeu

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 13:21

Alors qu’il préparait déjà la deuxième édition du Manengouba Tour, ce concept de randonnée touristique qu’il a impulsée en 2015, Georges Tchantchou, le délégué départemental du tourisme et les loisirs du Moungo, vient d’être appelé par sa haute hiérarchie, pour aller servir ailleurs.

En effet, le23 janvier 2015, le Ministre d’Etat, Ministre du tourisme et des loisirs a procédé à des nominations des responsables dans les services extérieurs de son ministère. C’est ainsi que Georges Tchantchou a été promu au prestigieux poste de Délégué Régional du Ministère du tourisme et des loisirs pour la Région de l’Ouest. Pour certains cette promotion est une surprise agréable. Mais pour d’autres, c’est une nomination qui vient couronner et récompenser du bon boulot. en effet, Georges Tchantchou , arrivé à la tête de la délégation départementale du tourisme et des loisirs 2013 ,n’a pas eu de temps d’observation. Il s’est aussitôt mis au travail avec des résultats concrets au bout. D’abord l’organisation réussie de la … Journée mondiale du Tourisme Miss Tourisme 201… Mettant du sien jusqu’au bout, Georges Tchantchou , a fait de ces évènements des succès reconnus par tous. Toujours à l’occasion de cette célébration et pour la première fois de l’histoire de cette délégation départementale du Moungo ,Georges Tchantchou a mis sur pied le guide touristique de la délégation départementale du Moungo .un outils de promotion et de communication dont l’avènement a été unanimement salué .le Manengouba Tour 2015,onganisé sur les sites touristiques des départements du Moungo et du KupeManengouba a permis à plusieurs centaines de touristes d’aller à la découverte des merveilles touristiques de ces deux départements. Et alors que l’opinion commentait encore ces actions innovantes, Georges Tchantcou a lancé la formation des opérateurs et promoteurs des établissements de tourisme et de loisirs du Moungo sur des thématiques en relation avec la sécurité dans les établissements et la prévention des attaques terroristes. C’’est donc tout naturellement que cette promotion du Loumois Georges Tchantchou tant elle fait plaisir aux Loumois en particulier et au Moungo en général, elle ne surprend pas ceux qui connaissent le bosseur qu’est Georges Tchantchou . La délégation régionale du tourisme et des loisirs pour l’Ouest est un nouveau challenge pour Georges le Loumois et nul doute qu’il va le relever car c’est un homme qui aime les défis.

Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article