Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 17:07

L’an trente du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) a été célébré le 24 Mars 2015. Au-delà du débat qui a cours sur l’opportunité d’une telle célébration, entendu que « le RDPC n’a pas été crée mais que c’est l’UNC qui a changé de nom », il convient de dire que dans un tel contexte, chacun évalue ses intérêts. Le Département du Moungo peut et doit légitimement faire le bilan de sa marche avec le RDPC, trente ans avant et doit impérativement projeter son avenir avec ce parti politique.

En trente ans, le Moungo a eu quatre Ministres dans les différents gouvernements et n’est plus représenté à cette instance institutionnelle depuis 2011. Avec ses treize unités Arrondissements, le Moungo est qualifié de « onzième Région ». En trente années de management du pouvoir, le Moungo dispose de structures au statut Régional : l’hôpital Régional de Nkongsamba, la trésorerie générale, le contrôle Régional des Finances, l’agence de la BEAC, la communauté urbaine de Nkongsamba, la base Régionale phytosanitaire de Nkongsamba, deux centres divisionnaires des impôts, le Régiment d’Artillerie Sol Sol de Nkongsamba, le Bataillon d’Infanterie Motorisée de Loum, l’Agropole de Dibombari, l’école des infirmiers d’Etats de Nkongsamba, l’Institut des Beaux Arts de Nkongsamba, le Centre des Sapeurs Pompiers de Nkongsamba, l’école Technique d’Agriculture de Nkongsamba, etc, sont des indicateurs réels de ce que le Moungo a tiré quelques acquis des différents Gouvernements du RDPC. Toutefois, lorsqu’à ces acquis, l’on ajoute, le passé historique du Moungo dont ont sait qu’il a joué un rôle majeur dans les grandes avancées politiques et démocratiques du Cameroun, la contribution notable du Moungo à l’émergence économique du Cameroun avec sa posture incontestée de « grenier du Cameroun », lorsqu’on prend en compte le potentiel humain en termes de quantité et de qualité, il appert indubitablement que le Moungo doit envisager l’après trente ans du RDPC sous Paul Biya avec beaucoup plus d’ambitions. La création de nouveaux départements à Mélong, Loum, Mbanga et Dibombari en vue de l’érection du Moungo en Région, semble être une exigence que le Moungo devra poser au régime. Entendu que ces érections induiraient un développement global du Moungo, le Gouvernement du RDPC ne ferait pas une faveur au Moungo en lui conférant un statut de Région. Ce serait une juste rétribution. Mais pour que ce rêve soit possible, il faille que les fils et filles du Moungo, les élites, les managers politiques-RDPC et opposition réunis-, autorités administratives, policières, judiciaires, religieuses et traditionnelles du Moungo, se parlent ; qu’ils taisent leurs batailles égoïstes, qu’ils cessent leurs guerres de chiffonniers, pour penser ensemble l’avenir de ce département. Bien plus, le RDPC dans le Moungo, devrait suivre l’exemple des partis politiques de l’opposition en rajeunissant son management. C’est d’ailleurs une recommandation de Paul Biya, Président National du RDPC à l’occasion des trente ans d’existence de ce parti. Le cas de Nkongsamba où l’essentiel des postes politiques est détenu par des septuagénaires : Sime Pierre, Wandji Thomas, Oumarou Dandjouma, Mbe, Taffou Bernard, Nguegang, Nana Fepa Lydie, etc, est symptomatique d’une marche en arrière préjudiciable pour le Moungo.

Partager cet article

Repost 0
Published by levigilerepublicainloummoungo
commenter cet article

commentaires